Mali

Géographie

Le Mali est un pays enclavé d’Afrique de l'Ouest situé entre les 10e et 25e degrés de latitude nord et entre le 4e degré de longitude est et le 12e de longitude ouest et couvre une superficie de 1 241 238 km². Il partage 7 420 km de frontières avec 7 pays limitrophes : l’Algérie au nord, le Niger et le Burkina Faso à l’est, la Côte d'Ivoire, la Guinée au sud, la Mauritanie, et le Sénégal à l’ouest.  La population, s’élevant à environ 14,5 millions d’habitants en 2009, est essentiellement rurale. Les principales villes sont Bamako, la capitale, Kati, Kayes, Ségou, Mopti et Sikasso.

Relief

Mont Hombori
 Le Mali est un pays plat légèrement vallonné, avec des altitudes généralement comprises entre 250 et 500 mètres. Quatre grands ensembles composent le relief : les plateaux gréseux soudano-sahélien (plateau mandingue, falaises de Bandiagara et mont Hombori), collines et plaines soudano-sahéliennes, delta intérieur du Niger et le massif de l’Adrar des Ifoghas avec ses ergs et ses hauteurs. Le plateau mandingue s’étend du nord du fleuve Niger jusqu’à la frontière avec le Sénégal et culmine à 800 mètres. Le plateau de Koutiala s’étend du sud du cours supérieur du fleuve Niger à la frontière du Burkina Faso. Il culmine au niveau de la falaise de Bandiagara à 791 mètres. À l’est, il est prolongé par plusieurs buttes résiduelles dont le mont Hombori, point culminant du Mali à 1 155 mètres. Les plaines partiellement ensablées du Hodh, entre 260 et 320 mètres d’altitudes, s’étendent au nord du plateau mandingue, à la frontière mauritanienne. Le delta intérieur du Niger est une vaste plaine alluviale, à la confluence du fleuve Niger et du Bani. L’Adrar des Iforas est une extension des massifs cristallins du Sahara central. Il culmine à 890 mètres d’altitude1 Le Sahara occupe une partie importante du territoire malien. Il y a 10 000 ans, le Sahara connaissait plusieurs réseaux hydrographiques2 :
  • le bassin d’Arouane, relié au fleuve Niger au niveau de Tombouctou, comprenant un delta intérieur de 50 000 km2 ;
  • la vallée du Tilemsi, provenant de l’Adrar des Iforas et se jetant dans le Niger à Gao ;
  • le bassin de l’Azaouak.

Climat

Le Mali se divise en quatre zones bioclimatiques qui se répartissent du nord au sud : saharienne, sahélienne, soudanaise et guinéenne, auxquelles il convient d’ajouter le delta intérieur du Niger, à cheval sur les zones soudanaise et sahélienne La zone saharienne correspond à un climat désertique. Les pluies sont irrégulières et accidentelles. La pluviométrie est inférieure à 100 mm par an. L’harmattan est un vent sec qui aggrave les effets de la sécheresse. On constate une différence importante entre les températures du jour et celle de la nuit. Elle couvre une surface de 632 000  km2, plus de la moitié (51 %) du territoire malien. La zone sahélienne correspond à un climat aride à semi-aride. La pluviométrie est comprise entre 150 et 600 mm par an. Elle couvre une surface de 285 000  km2, un peu moins du quart (23 %) du territoire malien Dans la zone soudanienne (215 000  km2, soit 17,5 % du territoire), la pluviométrie annuelle est comprise entre 600 mm et 1 100 mm. La saison des pluies (appelé hivernage) s’étale sur 3 à 5 mois au nord à 5 à 7 mois au sud. La zone guinéenne connaît une pluviométrie moyenne annuelle de 1 100 mm avec une saison des pluies qui s’étale sur 5 à 7 mois. Elle ne couvre que 6 % du territoire, environ 75 000 km2. Depuis les années 1970, le Mali connaît une accentuation de son aridité. Les isohyètes (ligne imaginaire reliant des points d'égales quantités de précipitations) se sont déplacées de 200 km vers le sud.

Géologie

Quatorze régions naturelles, identifiées à partir de leurs caractéristiques géologiques et géomorphologiques, ont été recensées au Mali: l'Adrar-Timétrine, l'Aklé-Azaouad, l'Azaouak, le delta central du Niger, la Falémé, le Gondo-Mondoro, le Gourma, le Guidimagha, le Haut Bani Niger, le Hodh, le plateau de Bandiagara-Hombori, le plateau de Koutiala, le plateau Mandingue et le Tilemsi.

Hydrologie

 Le fleuve Niger à Koulikoro .
Deux grands fleuves traversent le Mali :  
Le Niger qui parcourt le Mali sur 1 700 km. Le Bani est un de ses affluents. Le Delta central du Niger, entre Tombouctou et Léré est une vaste zone inondée après la saison des pluies. Après la décrue, la région est parsemée de lacs, comme le lac Débo et le lac Figuibine,    
Le Sénégal. Parmi ses affluents, on peut citer le Bafing, le Baoulé (rivière) et la Falémé.  D'après Aquastat5, la hauteur d'eau annuelle moyenne des précipitations est de 282 mm, soit pour une superficie de 1 240 019 kilomètres carrés, un volume de précipitations annuelles de 349,734 kilomètres cubes que l'on peut arrondir à 350 (France métropolitaine 477,99 km³). De ce volume précipité, l'évapotranspiration et les infiltrations consomment quelque 300 km³. Restent 50 kilomètres cubes de ressources d'eau superficielle produites sur le territoire du pays (en interne). De plus une quantité renouvelable de 10 kilomètres cubes d'eau souterraine est produite chaque année, en interne également.