Journée internationale de la Francophonie

Posté par admin

Allocution de S.E.M Abdoulaye Diop, Ministre des Affaires Etrangères de la Coopération Internationale et de l'Intégration Africaine à l'occasion de la Journée internationale de la Francophonie

20 mars 2017
Mes chers compatriotes,
Demain 20 mars 2017, le Mali, à l’instar des autres communautés francophones, célèbre la Journée internationale de la Francophonie, en souvenir à la création à Niamey (Niger), le 20 mars 1970, de l’Agence de Coopération Technique et Culturelle (ACCT), devenue l’Organisation Internationale de la Francophonie. Présente sur les cinq continents, l’OIF rassemble aujourd’hui 80 Etats et Gouvernements membres et observateurs, totalisant une population d’un milliard d’individus, faisant ainsi de la langue française la 5ème langue la plus parlée au monde, la 2ème au plan de l’importance politique. L’OIF est une institution fondée sur le partage d’une langue, la langue française, et de valeurs communes autour de la solidarité et des Droits de l’Homme. Elle a pour objectif de contribuer à améliorer le niveau de vie de ses populations, en les aidant à devenir les acteurs de leur propre développement. Cette célébration est une occasion pour les francophones d’exprimer leur attachement à la langue française, d’affirmer leur solidarité et leur désir de vivre ensemble dans leurs différences et leur diversité, et de promouvoir les valeurs universelles humanistes. Je voudrais, en cette occasion, au nom de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef de l’Etat, renouveler à Madame Michaëlle JEAN, Secrétaire générale de l’OIF, mes très sincères remerciements, pour l’accompagnement constant dont a fait preuve notre organisation commune à l’endroit du Mali, et lui rendre un hommage bien mérité pour son action très louable depuis sa nomination à la tête de cette organisation. Je voudrais ici témoigner de l’attachement indéfectible de mon pays aux idéaux de l’OIF et affirmer notre plein soutien à ses activités qui, au fil des années et des décennies, a pu couvrir tous les secteurs de développement : la culture, l’éducation, l’emploi des jeunes, les nouvelles technologies de l’information et de la communication, la sécurité, la paix, les énergies renouvelables, la démocratie, la bonne gouvernance, le développement durable etc.

Mes chers compatriotes,

Cette année, la journée internationale de la Francophonie sera célébrée sous le thème : « j’aime, je partage ». Ce thème invite à l’organisation de manifestations avec et pour les jeunes et au travail en réseaux. « J’aime, je partage » est en définitive, un appel à relayer les activités et la vision de la francophonie sur les réseaux sociaux. Le Gouvernement de la République du Mali voudrait, par ma voix, saluer l’action de l’OIF qui ne ménage aucun effort pour faire du numérique un véritable outil éducatif et de développement. Les différentes manifestations qui seront organisées au Mali seront des occasions pour sensibiliser les jeunes, aux enjeux du numérique, auxquels le Gouvernement du Mali attache une importance particulière. Le Gouvernement de la République du Mali poursuivra avec détermination ses efforts dans ce domaine et travaillera avec l’Organisation Internationale de la Francophonie à la promotion d’un environnement propice à la paix, à la démocratie et au développement pour une jeunesse épanouie dans un monde solidaire.

Je vous remercie de votre aimable attention !
   
17 mars 2017 à Koulouba :
CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME
L’AFAE joue sa partition

Dans le cadre des festivités de la commémoration de la Journée Internationale la Femme, célébrée le 08 mars dernier, l’Association des Femmes des Affaires Etrangères (AFAE) ont une organisé une conférence-débat au siège du Département à Koulouba. La cérémonie était placée sous la présidence de S.E.M Abdoulaye DIOP, Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine. Ont également pris part à cette importante manifestation, les représentantes de plusieurs organisations féminines dont celles de la CAFO, de l’ORTM, mais aussi celle de la première dame. L’objectif était de faire la « Restitution des conclusions du dialogue politique de haut niveau pour la promotion du leadership des femmes dans les questions de paix et de sécurité dans les pays du G5-Sahel », tenu à Bamako les 21 t 22 février 2017. Pour ce faire, M. Cherif Hamidou BA, Point Focal du G5-Sahel au Mali a présenté les conclusions de ce Forum de haut niveau qui avait regroupé toutes les femmes de l’organisation. Après, Mme représentante de ONU Femmes au Mali, a, elle aussi, fait une communication sur le « Rôle de la Femme dans la mise en œuvre de l’accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali ». Les deux conférenciers ont tous souligné dans leur communication le rôle primordial des femmes dans tout processus de paix et de réconciliation, mais aussi et surtout, les conséquences néfastes des conflits dont, elles et leurs enfants sont constamment victimes. C’était également une occasion pour les participantes de mieux connaitre l’organisation du G5-Sahel dans sa généralité et sa spécificité pour le combat des Femmes. La présidente de l’Association des Femmes des Affaires Etrangères (AFAE), Mme COULIBALY Binta TRAORE a salué la mobilisation et le dévouement de ses consœurs. Elle a par ailleurs rappelé qu’en 50 ans d’existence, il n’y a eu qu’une seule femme Ministre des à la tête du Département et trois femmes Ambassadeurs issues des Affaires Etrangères. Ainsi, elle a invité le Chef de la diplomatie malienne à s’investir pour la nomination de plus de femmes à des postes de responsabilité notamment dans la corporation. Mme COULIBALY a enfin insisté sur le besoin de renforcer les capacités des femmes afin de leur permettre d’accéder à la formation et de pouvoir mieux servir la patrie. Pour sa part, S.E.M Abdoulaye DIOP, Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine a salué la mobilisation et l’engagement des femmes de son département en particulier, et de celles du Mali, en général. M. DIOP a aussi réitéré ses remerciements et ses encouragements aux femmes pour plus d’équité, de participation et d’implication dans la prise de décision et aux fonctions électives, mais aussi pour plus d’autonomisation.

Source : Bureau de l’Information et de la Presse du MAECIIA
 
SEM. le Ministre Abdoulaye DIOP a reçu Monsieur Hervé LADSOUS en visite d’adieu au Mali

Son Excellence Monsieur le Ministre des affaires étrangères, de la coopération internationale et de l’Intégration Africaine a reçu samedi 18 mars, en audience Monsieur Hervé LADSOUS dans le cadre de sa visite d’adieu au Mali à la fin de ses services auprès de l’ONU à la tête du Département des opérations de maintien de la paix. Il était notamment accompagné de son successeur à la tête du Département des opérations de maintien de la paix, Monsieur Jean-Pierre LACROIX, qui prendra officiellement ses fonctions le 1er avril 2017, ainsi que par le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali, Monsieur Mahamat Saleh ANNADIF. Au cours des échanges, Monsieur LADSOUS a réitéré ses sincères remerciements à Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEÏTA, Président de la République, Chef de l'État, au Gouvernement et au peuple malien pour l'hospitalité dont il a été l'objet de leur part lors de ses multiples missions au Mali. En réponse, le Ministre DIOP l’a remercié au nom du Gouvernement du Mali et l’a félicité pour tous les efforts consentis durant sa mission à la tête du Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU notamment en faveur du retour définitif de la paix au Mali.

Source : Bureau de l’Information et de la Presse du MAECIIA
      Déclaration de la haute représentante, Mme Federica Mogherini, au nom de l'Union européenne, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale

La Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale est là pour nous rappeler que, partout dans le monde, des hommes, des femmes et des enfants continuent à être victimes de discrimination en raison de la couleur de leur peau, de leur race, de leur ascendance, de leur caste, de leur religion et de leurs origines ethniques ou de leur nationalité. Ils sont privés de leurs droits les plus fondamentaux et sont, plus que les autres, touchés par la pauvreté et les inégalités. Loin d'appartenir au passé, les discours de haine et autres manifestations de racisme, de discrimination raciale et de xénophobie sont en recrudescence. L'égalité, la liberté, la solidarité et la justice en pâtissent partout dans le monde. L'UE reste fidèle à son engagement en faveur de la lutte contre toutes les formes de discrimination raciale, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de ses frontières. Nous travaillons avec les États membres, la société civile et les partenaires internationaux à des actions qui peuvent faire la différence: ainsi, nous avons conclu un accord avec les géants de l'informatique pour agir contre les discours de haine propagés sur Internet. Nous avons créé des plateformes comme le groupe de haut niveau de l'UE chargé de la lutte contre le racisme, la xénophobie et les autres formes d'intolérance. Nous encourageons l'échange de meilleures pratiques. Nous travaillons à améliorer la compréhension entre communautés et nous tentons de répondre aux préoccupations des groupes concernés, notamment les communautés juives et musulmanes. Nous nous employons à mieux intégrer les migrants et à améliorer la qualité de l'éducation. Tant au niveau de l'UE elle-même qu'avec nos pays partenaires, nous nous efforçons de prévenir et de combattre le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie. Sur la scène mondiale, nous demeurons également d'ardents partisans de la convention des Nations unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale. Nous travaillons sans relâche à la mise en œuvre universelle de la déclaration de Durban et du programme d'action de 2001 de la conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associée. Par notre engagement en faveur de la décennie des personnes d'ascendance africaine, nous faisons également en sorte d'attirer l'attention sur la discrimination dont sont victimes les personnes d'origine africaine partout dans le monde. L'élimination de la discrimination est un défi planétaire que la communauté internationale, les organisations internationales et la société civile doivent relever ensemble. La protection, la défense et la promotion des droits de l'homme – nos droits – est l'affaire de tous. Nul ne sera respecté si nous ne sommes pas tous respectés en tant qu'êtres humains, dans notre richesse culturelle et notre diversité.

Consulter le site web
Contacts avec la presse Maja Kocijančič +32 22986570 / +32 498984425

--